Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits silmarils, livre II : L'Elessar/La rose du Sirion (Fingon/Meril, PG)

Se passe durant la période où Meril et Fingon se rapprochent... (quand on sait comment ça va évoluer XD) Ira dans le chapitre "L'ivresse III".
C'est évidemment une parodie d'une certaine scène entre Aragorn et Eowyn dans le film "Les deux tours".



Fingon avait invité Meril pour une promenade dans les jardins suspendus.

La jeune fille elfe avait l'impression d'être dans un rêve. Pourtant, en dépit des encouragements de ses parents, elle avait du mal à croire que le prince puisse porter de l'intérêt à une jeune femme aussi banale qu'elle. Elle n'était pas noldo, n'avait pas connu la lumière de Valinor ni vu les Dieux. Elle n'avait pas les cheveux d'or de la Demoiselle des Hauts Pins, ni la voix mélodieuse de la Demoiselle de la Tulipe. On lui avait toujours vanté ses yeux, mais ce n'était pas grand chose comparé à la beauté, la bravoure et le talent musical de Fingon. Elle n'était pas à la hauteur.

« Vous êtes ravissante aujourd'hui », déclara soudain Fingon.

Il lui offrit son bras.

Meril écarquilla les yeux. Le cœur battant, elle accrocha son bras au sien, si incrédule et heureuse dans le parfum des fleurs qu'elle eut l'impression qu'elle allait s'envoler.

Le bras de Fingon était aussi fort et puissant qu'on pouvait le deviner en l'apercevant. En sentant ce corps musclé si près d'elle, Meril eut soudain mal au ventre. Avait-elle mangé quelque chose de trop aigre à midi ?

Mais soudain elle remarqua que le prince portait à nouveau cette magnifique broche en forme d'aigle, sertie d'une pierre verte, qu'elle avait déjà remarquée depuis quelques mois.

« Cette broche est vraiment magnifique », dit-elle, inquiète. « Elle devait beaucoup tenir à vous... La femme qui vous a offert ce cadeau. »

Fingon sourit.

« Ce n'est pas une femme, c'est mon cousin. »

« Ah, euh... Lequel ? »

« Maedhros. »

Maedhros, l'aigle... C'était tout à fait cohérent. Cela la rassura. Puis elle avisa son bracelet.

« Ce bracelet aussi est magnifique », lança-t-elle. « C'est sans doute une dame qui... »

« Oh non », la coupa Fingon. « C'est aussi mon cousin Maedhros qui me l'a offert. »

« Et cette fibule artistem-... »

« C'est aussi Maedhros. »

Meril se toucha le menton de la main gauche. Quelle idiote elle avait été ! Etre aussi jalouse de cadeaux qui n'étaient que ceux de son cousin !

« Maedhros est très généreux », expliqua le prince. « Bien sûr, moi aussi je lui fais part de présents, mais ils ne sont aussi prestigieux que les siens. Cela dit, il a pour avantage d'être en contact rapproché avec les Naugrim, qui lui fournissent de nombreux trésors. »

Il se tourna vers elle.

« Je viens de me rendre compte que vos yeux sont de la même couleur que la pierre de cette broche, ne trouvez-vous pas ? »

Les joues de la jeune fille se colorèrent. Fingon détacha une rose d'un buisson du bout de ses gants bleu clair, puis la plaça dans ses cheveux.

« Mais cette rose est celle de votre nom. »

[nb : il manque à cette scène Maica qui les observe de loin en mode angst, ce qui serait le cas dans tout bon manga/anime qui se respecte...]

A ce moment-là, Maica descendait les marches de l'étage supérieur des jardins. Elle vit Fingon penché au-dessus de Meril, accrochant une fleur dans ses cheveux. Son visage, déjà sévère, se contracta encore davantage, et elle fit demi-tour.


Tags: maudits silmarils
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments