Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits silmarils, livre II : Héroïque Fantaisie II (Ecthelion & Belin, PG-13)

A leur tour, Ecthelion et Belin se font voler leur équipement (voir Héroïque fantaisie I). + réapparition de l'elfe Pehenghi...



Au petit matin, en se préparant pour quitter l'auberge du Dindon Badin, Ecthelion et Belin se rendirent compte qu'on leur avait dérobé tous leurs vêtements et leurs armures, qu'ils avaient rangés la veille dans le coffre de la chambre.

« Heureusement que j'avais gardé Orcrist près de moi ! » s'exclama Ecthelion, qui dormait toujours avec son épée sous la main.

« Mais moi je n'ai plus la mienne, Messire. »

« Ces brigands doivent être loin maintenant… Qu'allons-nous faire ? »

Ils descendirent dans la salle principale et se plaignirent à l'aubergiste. Ce dernier consentit à leur rembourser le prix de la nuit, mais ils n'étaient pas plus avancés, n'ayant plus comme habits que leur petit linge personnel enroulé autour des hanches, et le drap du lit pour se couvrir.

Ils remarquèrent un marchand, dans un coin de la salle. Sa physionomie leur inspira confiance, car il avait un visage si ordinaire et commun qu'ils avaient l'impression d'avoir déjà croisé cette figure un grand nombre de fois.

« Hé là, négociant ! » s'enquit Ecthelion. « Qu'avez-vous en stock, pour des aventuriers en difficulté ? »

« Bienvenue à vous ! » répondit le commerçant. « C'est toujours un plaisir de faire des affaires avec des étrangers ! J'ai beaucoup de choses à troquer en ce moment. Rations, matériel d'artisanat, armes pour toutes les races, armures, potions diverses, vêtements de voyage et d'ornementation… De quoi avez-vous besoin ? »

« On n'a plus rien », résuma Belin en faisant de grands gestes expressifs.

« Vous êtes un elfe de quelle région ? » demanda le commerçant au chevalier de la Fontaine.

« Un Noldo, du Nord… »

« Ah… J'ai un ensemble de Guerrier-Prêtre Haut-Elfe, ce sera parfait pour vous ! Et vous, gentil monsieur ? »

« Un humain, son écuyer. »

« Plutôt voleur, éclaireur… ? »

« Guerrier, comme Messire. »

« Alors pour vous j'aurais ce magnifique set de Guerrier-Barbare de la Malédiction ! »

Ils payèrent, puis allèrent se changer dans leur chambre.

« Je ne suis pas un peu trop habillé ? » se demanda Ecthelion à voix haute, après avoir seulement enfilé les vêtements. Il portait maintenant une longue surveste blanche et mauve avec de grandes saillies de tissu faisant comme des pétales de fleurs, par-dessus un pantalon et des bottes brillantes. L'habit était surmonté d'une cape ample, à collerette. Sur son front, il avait posé un diadème orné de pierres précieuses.

« Moi je crois que c'est le contraire, Messire », dit Belin.

Ecthelion se retourna, mais il ne put répondre de suite, car il avait le souffle coupé.

L'humain avait revêtu l'ensemble du Guerrier-Barbare de la Malédiction, ce qui lui avait pris peu de temps : il était principalement composé d'un casque à cornes, d'épaulettes en fer blanc, et d'un minuscule short bordé de fourrure, très ajusté. Le regard du jeune elfe se posa sur les lanières de cuir reliées par un anneau en métal, qui traversaient les pectoraux et abdominaux poilus du torse nu, sur les cuisses musclées couvertes de poils blonds qui émergeaient du minuscule slip barbare.

« … »

Belin fronça les sourcils.

« Vous allez bien Messire ? On dirait que vous n'arrivez plus à respirer. »

« Beu… Beu… Belin… » bêla Ecthelion, rouge.

Tout le reste de la journée, aux côtés de Belin dans une telle tenue, le chevalier sembla dans un état second.


Tags: maudits silmarils
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment