Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits Silmarils, livre II : Le goût des autres (Glorfindel, Hildor, PG-13)

Glorfindel est hétérosexuel, mais pas Hildor...

Scène pouvant être lue indépendamment, mais se déroulant après une première discussion sur l'homosexualité, déjà postée ici (chapitre 3). Ira probablement dans le chapitre intitulé "La vie sexuelle des elfes".
Le titre est bien évidemment emprunté au célèbre film "Le goût des autres" (2000), dans lequel les différences de goût sont le thème central.





Après leur première discussion sur les femmes, Glorfindel dut revenir à la charge auprès d'Hildor, le ménestrel du roi de Gondolin, dont il était connu qu'il avait les tendances de Maedhros.

« Mais enfin, pourquoi renoncer aux femmes ? » demanda l'elfe blond. « Elles sont belles comme des fleurs… Qui ne voudrait pas les cueillir ? »

« Moi », répondit le ménestrel elfe.

« Soyons sérieux ! Comment pouvez-vous être attiré par le corps des mâles ? »

Hildor lui retourna la question.

« Et vous, comment pouvez-vous ne pas l'être ? »

« Je vous l'ai déjà expliqué, ils n'ont pas la peau douce d'une jeune femme elfe. Et leurs petites hanches étroites et nerveuses… Cela fait pitié et n'est pas du tout attirant. »

« C'est bien mieux que de ressembler à une grosse bouteille de vin. »

« Au contraire, il n'y a rien à toucher dans un homme, ce n'est vraiment pas intéressant. Ils sont tout secs, comme des bouts de bois… Et si… Je ne sais pas comment dire... fermés ? Oui, c'est ça ! Ils sont fermés, on ne peut pas entrer à l'intérieur. »

Hildor haussa les sourcils, l'air hilare.

« Oh si », répondit-il, « Je peux vous assurer qu'on peut entrer à l'intérieur. »

« Mais comment ? »

Le barde en fut étonné. Le visage de Glorfindel exprimait une réelle interrogation.

« Hum… Laissez tomber. »

« Et il y a l'odeur », reprit le connétable. « L'odeur des mâles est infecte. On dirait celle du cuir d'une vieille chaussure. Les femmes, au contraire, ont une odeur délicieuse et enivrante, comme celle... d'un gâteau à l'amande... »

Hildor le considéra avec un air écœuré.

« Vous plaisantez ? Elles sentent la vieille algue abandonnée au bord de la plage ! Heureusement qu'il y a des parfums, je vous le dis. Et d'ailleurs vous êtes un homme vous-même, comment faites-vous si vous ne supportez pas votre propre odeur ? »

« C'est pour cela que je me parfume à la rose tous les jours », répondit le Seigneur de la Fleur d'Or avec une grande dignité.




Tags: maudits silmarils
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments