Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

  • Mood:

Maudits silmarils, livre II, ch.7 : La visite II (famille de Fingolfin, Maedhros, PG)

(suite directe de la Visite I, mais je posterai bientôt le chapitre entier et dans l'ordre)



De la neige mêlée à de la pluie commença à tomber – ce n'était pas rare à cette latitude, même au printemps.

Turgon avait essayé de se rapprocher discrètement, escorté de tout un bataillon de gardes et serviteurs – Penlodh était resté à Gondolin pour s'occuper des affaires courantes.

« Le petit chien ! » réalisa-t-il avec terreur, se souvenant de la conversation qu'il avait eue à Vinyamar avec son frère aîné, quelques années plus tôt.

Il n'aimait pas non plus la proximité physique qui s'était installée entre sa sœur et Celegorm. Elle était encore adolescente, en Valinor, qu'il l'emmenait avec lui dans ses chasses interminables, avec Curufin, Angrod et Aegnor. Quelle mauvaise influence.

« Turukáno ! » appela brusquement Fingon, qui l'avait repéré.

« Bon, il faut que j'aille me rafraîchir, mais pas sous cette pluie », déclara Celegorm.

« Oui, allons au château ! » s'exclama Aredhel.

Deux heures plus tard, ils étaient tous dans la grande salle de banquet du palais, se reposant après leur voyage.

« Il y a toujours autant de myrtilles au menu », observa Turgon.

« J'ai essayé de faire pousser des coings, au Dor-Lόmin, mais ça n'a pas marché », soupira Fingon.

« Quel est le problème avec les bleuets ? » fit soudain la voix de Fingolfin.

Il venait d'entrer dans le hall, accompagné d'un nouvel arrivant : un elfe de très haute taille aux longs cheveux auburn, qui ressortaient sur ses fourrures et sa grande cape de voyage grise, trempée par de la neige fondue. Fingolfin le tenait par l'épaule, paternellement.

Fingon allait répondre quelque chose sur les myrtilles, mais il se tut en voyant Maedhros. Turgon le regarda. Les yeux de son frère aîné brillaient d'une lumière palpitante et comme retenue. On aurait dit qu'elle venait de loin, d'un très lointain endroit caché.

« Nelyo ! » s'exclama Celegorm, tandis qu'Huan accourait vers le fils aîné, la queue remuante. « Tu en as mis du temps… Tu t'es arrêté dans ce petit bois pour te soulager ? »

Maedhros rit, tout en flattant l'énorme chien de sa main gauche.

« Moi je ne fais pas semblant de prendre des bains pour ça. Passée est la pureté du fleuve Sirion... »

Celegorm parut bien prendre la moquerie. Fingolfin fronça les sourcils.

« Cela fait longtemps que nous ne nous étions pas vus », dit-il. « Combien d'années déjà ? »

« Une cinquantaine... » hasarda Maedhros.

Il se tourna vers Fingon. Le prince touchait nerveusement son gobelet métallique.

« Findekáno... » dit Maedhros, prononçant ce nom avec une grande douceur. « On m'a dit que tu étais blessé... »

« Je vais mieux », répondit Fingon. « Ne t'inquiète pas… »

« Turukáno, Irissë, mes plus secrets cousins ! » salua Maedhros.

Sa cousine lui fit signe d'approcher, et le fit asseoir à côté d'elle et Celegorm. Fingolfin s'en alla, après avoir précisé que Lalwen était actuellement en voyage aux Falas.

« Comment va ta main ? » demanda alors Aredhel à Maedhros.

« Hé bien, elle n'a toujours pas repoussé... » répondit l'elfe aux cheveux roux. « Mais j'ai une nouvelle prothèse, améliorée par Curufin. »

Il se tourna vers Fingon, qui se tenait de l'autre côté de la table. Ce dernier fixait des yeux la main en bois de son cousin, le regard vide.

« Je suis content de te revoir, mon cousin », dit Maedhros.

Fingon redressa la tête, et ses pupilles se dilatèrent, quand son regard croisa celui de Maedhros.

« Moi aussi... »

« Il est bien plus énergique, d'habitude », pensa Turgon. « Qu'est-ce qui lui arrive ? » Le roi de Gondolin et de Nevrast osa poser la question : « Ta blessure est cicatrisée ? »

« Non, pas tout à fait... » avoua Fingon.

Deux échansons vinrent apporter du vin et de la liqueur de myrtilles. Les cousins se mirent à discuter de de leurs royaumes respectifs, et Aredhel partit faire le tour du château. Petit à petit, Fingon semblait se détendre. Une heure plus tard, Maedhros était venu s'asseoir à côté de lui.

Les deux amis discutaient gaiement, et Maedhros en vint à aborder la question de sa blessure. Il tenait à s'assurer que Fingon se reposait correctement.

« Mais non, ce n'est rien », répéta Fingon, tout guilleret, en posant sa liqueur de myrtilles. Il défit son surcot bleu et déboutonna sa belle tunique mauve : sous ses pectoraux gonflés, le bas de son abdomen était couvert par des bandages, qui cachaient une partie de ses muscles abdominaux au dessin parfait. Maedhros balbutia quelque chose d'incompréhensible, puis il se reprit.

« Cela te fait mal ? » demanda-t-il, en regardant le bandage de plus près, les yeux sombres.

« Uniquement si je bouge... » répondit l'autre, l'air vaseux.

Turgon et Celegorm observaient la scène, mortifiés.

« Oh, j'ai oublié de te donner ton cadeau... » se souvint Maedhros.

« Merci pour la patte d'ours, au fait », dit Fingon en se reboutonnant.

Maedhros quitta la salle, puis revint quelques minutes plus tard, un grand paquet dans les bras.

« Qu'est-ce que c'est ? » demanda Fingon.

Le fils aîné de Fëanor défit le paquet.

« C'est un sanglier géant que j'ai tué lors d'une chasse… Il avait des défenses énormes. Je t'en ai ramené une... »

Lorsque Fingolfin revint dans le hall, il comprit qu'il s'était absenté trop longtemps. À la lumière des flambeaux, la silhouette de son neveu se dessinait en ombre chinoise sur l'un des murs du palais, pointant vers celle de son fils aîné une gigantesque protubérance.

« Prince Findekáno ! » s'exclama le roi. « Nos invités doivent se reposer pour les festivités. Irissë est déjà couchée. Va donc montrer leurs chambres à Tyelkormo et Turukáno. Je m'occupe de montrer la sienne à Nelyo. »

Les festivités débutèrent le lendemain matin.

Tags: maudits silmarils
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments