Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudit UA : Le conarovirus, II (Maedhros/Fingon, divers, PG-13)

Je constate que l'utilisation des drones à Paris vient de commencer aujourd'hui... Penlodh est toujours à la pointe XD



Marcel Fëanor, l'héritier de la maison Fëanor, venait de rentrer dans son appartement parisien, un immense loft d'architecte dans le 16ème arrondissement.

« Chéri ? J'ai fait faire sa promenade à Médor », annonça-t-il, tandis que le welsh corgi, libéré de sa laisse, s'élançait à travers le duplex.

Un homme aux cheveux noirs coupés court et au yeux bleus sortit de derrière la cuisine ouverte, un tablier noué autour de la taille.

« N'oublie pas de te laver les mains. »

« Ne t'inquiète pas », répondit le rouquin en brandissant sa main gauche. « Avec moi ça va deux fois plus vite... »

Quand il revint de la salle de bains, il ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil dans la cuisine.

« Qu'est-ce que tu fais ? » demanda-t-il, en glissant un baiser dans le coup de son mari.

« Du bœuf stroganoff », répondit l'autre en souriant.

« Tu sais, tu devrais aller te laver les mains, toi aussi », dit alors Marcel.

« C'est vrai qu'elles sentent le paprika », réalisa Finn Gondolin.

Il se dirigea spontanément vers l'évier de la cuisine, rempli de plats sales.

« Non non », l'arrêta Marcel Fëanor. « Va plutôt dans la salle de bains… Je m'occupe de la vaisselle. »

« Ok. »

L'ancien champion d'escrime gagna la salle d'eau. Elle était très élégante et épurée, avec son bassin en grès, ses plantes vertes... Du moins si l'on exceptait le coeur qui avait été dessiné sur le miroir ancien à la mousse à raser. Il était également impossible de se laver les mains, car il y avait un paquet cadeau posé au fond du lavabo.

« Marcel... », commença Finn avec un demi-sourire. Décidément, c'était plus fort que lui.

« Oh, j'ai négligemment oublié quelque chose pour toi... » dit le fils de Fëanor, en passant sa tête et sa prothèse dans l'entrebaillure de la porte.

Finn ouvrit le paquet : c'était des dessous en dentelle rose.

« Tu me gâtes trop », constata-t-il. « Mais tu sais comment me faire plaisir... »

Marcel Fëanor haussa les sourcils d'un air suggestif.

« Il faut bien s'occuper quand on est enfermé... »

* * *

Après la consommation du cadeau et du dîner, le couple s'installa sur le sofa, l'air contenté. Finn Gondolin alluma la télévision. Le visage du leader de la France Non Soumise, Jean-Luc Reblochon, s'afficha alors sur l'écran.

La journaliste qui l'interviewait lui posa une nouvelle question : « La Maison Fëanor a demandé à son usine de parfum de fabriquer des gels hydroalcooliques en grande quantité, à destination des hôpitaux et professionnels de santé… Une initiative qui a été saluée à de nombreuses reprises. Et vous, qu'en pensez-vous, M. Reblochon ? »

« Quelle fleur ! Quelle fleur nous fait M. Fëanor, en daignant nous abreuver de sa charité ! » répondit l'homme politique. « Mais Mme Salomé, j'aurais préféré que le groupe Fëanor paye ses impôts en bonne et due forme, bien avant cela, comme d'autres grands groupes du CAC 40, alors peut-être, nos hôpitaux seraient-ils de taille à mener une lutte équitable contre cette nouvelle maladie qu'est le Covid-19 ! Combien d'argent avait-il donné pour la réfection de Notre-Dame de Paris ? Combien a-t-il donné pour les hôpitaux de France ? »

Finn fronça les sourcils. « Peut-être… Peut-être que nous devrions regarder un film. »

« Ce n'est pas grave », soupira Marcel. « Je suis habitué, tu sais... »

L'ancien escrimeur sembla soudain songeur.

« Tu te souviens de ce que disait mon père ? »

« Que le problème des riches, c'était la deuxième génération ? », tenta Marcel Fëanor avec un sourcil sardonique.

« Non… Que si tu ne fais pas tout ce qui est en ton pouvoir pour faire vivre ou survivre ceux qui te font vivre… Un jour ils viendront te tuer dans ton lit. »

« Charmant », répondit l'homme roux.

Il se resservit un verre de vin.

« Désolée de vous interrompre, M. Reblochon », dit la journaliste dans le poste de télévision, « mais je viens de recevoir à cette instant une information... Le maire de Paris, je dis bien le maire de Paris, Arthur Gondolin, aurait été testé positif au Covid-19. »

« Quoi ?! »

* * *

« Je vous avais dit de ne pas vous rendre au Salon de l'Agriculture ! » s'agaça Sven Lodh.

L'adjoint du maire, pâle comme un linge, tournait en rond dans la pièce, son téléphone en main.

« Il m'inquiète, je ne l'ai jamais vu dans un état pareil », dit Nina à Laurent Findel, qui était occupé à compter ses stocks de lentilles corail.

« Il ne te resterait pas des pois chiches, chez toi ? Je ferais bien un gâteau. »

« NON. »


Tags: coronavirus, maudit ua, maudits silmarils
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments