Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits silmarils, livre II, chapitre 5, partie 1/5 : A l'est rien de nouveau (Belin, Fingon, OC, R)

Fait suite au chapitre 4 (celui avec le Chat). Quand j'aurai fini ce chapitre, j'aurai débloqué la suite du livre II après plusieurs années de surplace ;_;



Quand l'armée revint au camp, à la tombée de la nuit, Belin erra longtemps entre les murailles de bois, sans trouver Ecthelion. Il y avait de nombreux blessés. Il comprit vite que l'attaque avait échoué : les orques, accompagnés de trolls, étaient plus nombreux et plus forts que prévu. Des soldats affirmaient même que certains orques ne ressemblaient pas à ceux qu'ils avaient vus par le passé. Leur agilité et leur puissance semblait également dopée par quelque magie sinistre.

« Tu ne me croiras pas, mais dans notre ancien bastion, j'ai cru voir une sorte de lynx, debout comme un elfe, avec une cape, et qui distribuait des fioles. »

« Maudits nécromanciens ! Moi j'ai vu une gigantesque chauve-souris, s'élever… ça m'a déconcentré, et j'ai pris un sale coup dans le bras. »

« Tu sais, j'en suis sûr… Il y avait un balrog près de la Grande Porte. »

Plus angoissé que jamais, Belin se rendit jusqu'à la tente de la dame de la Source. Il ne pouvait pas la confondre avec une autre, grâce à la tête d'orque empaillée. Le soulagement l'envahit, quand il vit la guerrière à l'intérieur, assise sur une chaise pliante, en train de discuter avec quelqu'un d'autre. Mais non, ça n'était pas Ecthelion. C'était son écuyer.

« Oui ? »

« Madame, je cherche Messire, votre neveu. »

« Je suis désolée, je l'ai perdu de vue pendant la bataille... Je ne sais pas où il est. Il n'est pas revenu dans votre tente ? »

« Non. J'le cherchons partout. »

« Va voir à la tente-taverne… Il est peut-être allé se rafraîchir. Sinon, il te faut aller aux tentes des guérisseurs. »

Belin hocha la tête.

Quand il sortit, Maica dit à son écuyer : « Je lui avais dit de ne pas venir. Il n'avait pas le niveau pour ce combat. J'espère qu'il est en vie… Ou plutôt, qu'il n'a pas été capturé. »


* * *

Ecthelion n'était pas à la taverne du camp, non plus. Belin se dirigea vers les tentes des guérisseurs, où régnait une grande agitation.

« Tout est plein », dit le garde posté à l'entrée. « Vous n'avez pas l'air blessé. »

« Je cherche quelqu'un… Le seigneur de La Fontaine. »

« Cela fait cinquante ans qu'il est mort. »

« Non, je cherche son fils, Ecthelion d'la fontaine. »

« Je ne sais pas qui c'est. Allez-y. »

Belin entra. Les fumigations masquaient des odeurs que l'humain devina tout de même : sang, sueur, et autres secrétions. Il remonta l'allée centrale, parcourant des yeux les soldats alités. Certains semblaient avoir été amputés – pendant la bataille, ou sur place. D'autres avaient des blessures plus légères, du moins en apparence : blessures faites à la lame, à la lance, par flèche. Nul ne ressemblait à Ecthelion, mais il y en eut un que Belin reconnut tout de suite. Il était entouré de plusieurs personnes, et ses longs cheveux bruns étaient tressés d'or. C'était le prince Fingon.

L'elfe était étendu sur un lit de fortune. Des bandages serraient son abdomen. Ils étaient en partie rouges.

« Le carreau a transpercé la cotte de mailles, c'est la première fois que je vois ça », disait l'un des guérisseurs, à un membre de la garde.

« Avez-vous conservé la pointe ? »

« Elle est là... »

Le visage de Fingon était en sueur. Il dit à l'un des grands seigneurs qui se trouvaient là.

« Envoyez immédiatement plusieurs oiseaux à Barad-Eithel, Tol Sirion, au Dorthonion et à Himring. Il nous faut des renforts le plus vite possible. »

« Bien, votre Altesse. »

Fingon le regarda s'éloigner, puis il sembla apercevoir Belin. Il fit signe de le faire venir. L'humain approcha. Le visage du prince elfe exprimait une souffrance contenue.

« Gentil seigneur, je cherche mon sire », déclara Belin. « Je ne le trouve nulle part. »

« Belin... » dit Fingon.

Il se souvient de mon prénom, s'étonna l'écuyer.

« Belin, Ecthelion n'est pas ici. Je l'ai fait chercher depuis tout à l'heure. »

Les yeux du jeune homme blond se mirent à luire.

« Je suis désolé… Je l'ai vu tomber de son cheval pendant la bataille. Il y avait beaucoup de flèches… Je n'ai rien pu faire… J'espérais, dans un fol espoir, le retrouver ici, mais... »

« Non, ce n'est pas possible... »

« Je suis désolé. »

La bouche de Belin se crispa, se tordit. Son regard se brouilla.

« Non… Messire Ecthelion... »

Une guérisseuse posa une main sur son épaule.

« Le prince doit se reposer », dit-elle. « Nous vous dirons si nous trouvons Ecthelion. »

L'humain sortit de la tente, presque à l'aveuglette. Puis il se laissa tomber sur le sol, la tête dans les mains, et se mit à pleurer.


Tags: maudits silmarils
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments