Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits Silmarils, livre III : L'attirance III (Fingon, Meril, R)

Suite de L'attirance II.

Fingon en mode bête de sexe.



Ce soir-là, Fingon le Vaillant était paré. Il avait mangé du pain d'épices, des œufs et du gingembre confit. Il avait affûté son épée.

« Viens te coucher, chérie », intima-t-il à son épouse, de peur que l'effet de ses préparatifs ne disparaisse.

« J'arrive », dit Meril, qui acheva de se peigner.

Elle vint se mettre dans le lit.

« Tu es confortable ? » demanda Fingon, voyant qu'elle n'avait pas d'appui. « Tu veux prendre mon cousin ? »

« Hein ? »

« Euh mon coussin je veux dire ? »

« Oh, merci. »

Il passa la main dans ses cheveux. La femme-elfe rougit, et se rendit compte qu'il était torse nu, qu'il ne portait pas de vêtement de nuit. Elle ne put s'empêcher d'admirer ses larges épaules, ses muscles parfaitement dessinés. Fingon n'avait plus aucun bijou, même dans ses tresses, ce qui mettait en valeur sa beauté naturelle, le contraste entre ses cheveux bruns et sa peau pâle, l'éclat volontaire de ses yeux bleus sous ses épais sourcils bruns.

« Tu es vraiment beau », ne put-elle s'empêcher de dire.

« Bien moins beau que toi », répondit-il, en posant sa main sur sa joue.

Il déposa un baiser sur ses lèvres.

« Veux-tu que nous fassions un bébé ? », demanda-t-il alors.

« Oui oui ! », s'empressa-t-elle de répondre.

Il souffla la bougie. Seul le feu dans l'âtre, qui s'affaiblissait, illuminait quelque peu l'obscurité de la chambre. Le prince hardi se mit en devoir de passer une main sous la chemise de nuit de son épouse. Sa peau était affreusement molle et douce. Pourquoi ce qui semblait intéresser tant les autres elfes, comme son frère, ne l'intéressait pas, lui ? N'était-il pas censé ressentir quelque chose d'autre à ce moment-là, que la simple palpation d'un corps ? Il fut tout de même rassuré, en remontant, de constater que sa poitrine était aussi menue qu'elle en avait l'air, et s'était toute durcie. Il regarda Meril à nouveau, dans la pénombre de la pièce. Elle avait l'air au septième ciel.

« Est-ce que je peux vous toucher, moi aussi ? » demanda-t-elle.

Fingon aquiesça, amusé qu'elle se soit remise à le vouvoyer ; il ne tarda pas à sentir une main parcourir ses biceps et ses pectoraux… Mais cette main était fine et sans force, décevante. Quelque chose n'allait pas…

Il ôta la main, et saisit la cuisse de la jeune femme, pour la poser au-dessus de la sienne, dure et musclée. Le moment était venu. Son visage se fit résolu. Comme quand il avait fait face au Dragon, avec son arc.

Alors le Vaillant Prince prit Meril par la taille, et il la renversa sous lui. Grand était son courage, admirable sa volonté.

En grand amour était la princesse, toute désireuse d'être transportée.

Fingon le Vaillant se tenait au-dessus de Meril, il avait dégainé son épée.

« Utúlie’n aurë ! » pensa-t-il.

Son épée était tendue.

Vers le but à atteindre, elle était tendue. Meril était étendue.

« Utúlie’n aurë », pensait-elle, impatiente, comme la terre, trempée par la rosée du matin.

Et l'arme de Fingon l'approcha. Mais celui-ci se crispa.

« Findekano ? Qu'y-a-t-il ? »

L'elfe semblait regarder quelque chose dans le miroir du mur de droite, le regard vide. Meril se tourna, sans comprendre. Il n'y avait rien dans le miroir, juste le reflet de l'âtre. Un brasier au milieu de l'obscurité.

« Findekano ? Tu vas bien ? »

Le Prince Vaillant avait lâché son épée, et se tenait la poitrine, comme s'il souffrait.

« Findekano, réponds-moi ! »

« Je... »

Il la vit s'élancer hors de la chambre, au milieu du désastre. Le combat était fini, sans même avoir eu lieu…

C'était la débandade.


Quelques minutes plus tard, le physiologue qui l'ausculta diagnostiqua un excès de gingembre confit, ayant provoqué une trop grande circulation sanguine.



Tags: maudits silmarils
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments