Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits Silmarils, livre II : L'amour (PG, 405 mots)

C'est spécial Penlodh en ce moment...
Ira dans le chapitre 49 du livre 2 (un peu en miroir de celui du livre 1).



Cela faisait plusieurs heures que le soleil s'était couché. A la lueur d'une lampe fëanorienne, Penlodh lisait et faisait signer au roi différents arrêtés et lettres.

« Dites-moi mon bon », dit soudain Turgon, après une longue période de silence. « Cela fait trois cent ans que nous travaillons ensemble, et il y a des choses que j'ignore toujours à votre sujet. »

« Lesquelles ? », demanda calmement le ministre.

« Hé bien… Vous ne parlez jamais de femmes… Avez-vous ou aviez-vous une amoureuse ? Parfois j'y pense et je me dis qu'elle est peut-être restée à Valinor, comme la fiancée de Finrod... »

Penlodh reposa le texte de loi qu'il tenait entre les mains.

« Non… Il y a bien une personne… Mais elle n'est pas restée à Valinor... »

Le visage de Turgon s'illumina d'intérêt, ce qui le rajeunit soudain. Mais une fêlure était en même temps réapparut sur son visage, celle que portait constamment sur lui le jeune veuf de l'Helcaraxë.

« La traversée... », murmura-t-il.

« Non. Elle a survécu à la traversée. »

Le roi devint alors tout à fait joyeux.

« Vous en avez de la chance ! Allez, dites-moi de qui il s'agit ! Vous êtes fiancés ? »

« Non… Et à vrai dire… Elle ne sait pas que... »

« Un amour secret ! Ça ne m'étonne pas de vous... Avez-vous essayé de lui déclarer votre flamme ? »

Le seigneur elfe gardait les yeux baissés.

« C'est inutile. Elle ne m'aimera jamais. »

« Pourquoi dites-vous ça ? Vous êtes trop défaitiste ! »

« Non, j'en suis sûr et certain… »

« Allons donc ! Un homme tel que vous ! »

« Majesté… Elle est déjà mariée. »

Les yeux de Turgon devinrent tout humides.

« Mon pauvre ami ! », dit-il. « Vous devez être très malheureux... »

« Au contraire… », répondit Penlodh. « Je suis heureux. Car en dépit du fait que mes sentiments ne soient pas réciproques... Je peux tout de même être avec elle. »

Interloqué, Turgon semblait réfléchir.

« Je la connais ? »

Mais Penlodh se leva.

« Je crois que nous devrions laisser tout cela à demain matin, Majesté. Nous avons veillé trop tard. »

« Oui », balbutia le roi, qui, resté seul dans son bureau, se mit ensuite à égrener toutes les candidates possibles dans sa tête.
Tags: maudits silmarils
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments