Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits silmarils, livre II : La philosophie 3 (PG)

J'avais écrit cette scène hier, en même temps que l'autre...



Glorfindel avait été invité à une nouvelle discussion philosophique.

« Je crois qu'il faut que nous réfléchissions à nouveau à la description des attributs divins », dit Turgon.

A la mention du mot « attributs », Glorfindel tressauta.

Le roi se tourna vers lui.

« Qu'en pensez-vous, seigneur Glorfindel ? »

« Les... les quoi ? »

« Les attributs divins. »

« Vous voulez dire... ceux d'Eru ? »

« Bien sûr, ceux d'Eru... Qui d'autre ? »

Une rougeur violente avait empourpré le visage du connétable.

« Mais... », balbutia-t-il, « Je pense qu'on ne peut pas répondre à cette question... »

« Pourquoi ? »

« Mais parce que... »

« Oui ? »

« Parce que... »

« Je vous écoute. »

« Mais parce que c'est indécent voyons! »

Cela avait été comme une explosion, un cri du cœur.

Les yeux de Penlodh s'écarquillèrent. Mais non loin de lui, un rire strident se fit entendre. C'était Nieninquë, la sœur de Penlodh, qui n'arrivait plus à s'arrêter de rire. Ce rire devait être contagieux, car le roi se mit à rire lui aussi.

« Ne vous l'avais-je pas dit, qu'il avait le sens de l'humour ? », fit-il alors remarquer.

« Oui... Et c'est un de ses nombreux atouts », dit-elle, en regardant le guerrier blond de haut en bas, avec des yeux qui feraient fondre un baril de glace.

Penlodh lui donna un coup de coude.


Tags: maudits silmarils
Subscribe

Recent Posts from This Journal

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 9 comments