Bouche-trou pour sociopathes (petite_dilly) wrote,
Bouche-trou pour sociopathes
petite_dilly

Maudits Silmarils, livre II : Belin Laurëambos (PG)

(la scène qui tournait dans ma tête, et qui fait un peu écho à "Les muscles" du livre I)



Belin était debout sur la terrasse, torse nu car il faisait chaud, occupé à essayer d'apprendre à peindre.
"Je crois que je ne suis pas très doué", dit-il à voix haute.
Ecthelion passa derrière son chevalet.
"Qu'est-ce que c'est ?"
"Une corbeille de fruits messire."
"Ah... Mais pourquoi utilisez-vous des couleurs aussi vives ?"
"Parce que c'est plus joyeux."
Ecthelion resta derrière lui à le regarder peindre quelques minutes, par-dessus son épaule. Le soleil faisait briller ses cils blonds qui s'inclinaient sur ses yeux bleus.
"C'est tellement beau...", murmura Ecthelion.
"Mon tableau ?", demanda Belin.
"Non, vos yeux..."
Les joues de l'humain devinrent roses.
"Ce n'est point vrai messire."
"Si. Et la manière dont le soleil fait briller vos cheveux et tous vos poils..."
Les joues de l'humain passèrent du rose au cramoisi. Son pinceau avait dérapé et il avait zebré de vert le jaune de sa poire.
"On dirait comme des filaments d'or sur votre torse...", dit Ecthelion. "On devrait vous appeler Belin au torse d'or."
"Ah non messire, j'n'veux point porter un nom aussi ridicule."
"Pourquoi serait-ce ridicule ? Vous avez un très beau torse, qui correspond aux canons artistiques. Et en plus vous avez de l'or dessus."
Comme pour démontrer son propos, il fit passer sa main sur les pectoraux, désormais bien poilus, de l'humain.
Belin en laissa tomber son pinceau, et tourna la tête en arrière, vers Ecthelion, comme pour obtenir un complément d'information en regardant son visage. L'elfe avait les yeux à la fois assombris et brillants , la bouche entrouverte. Le regard de Belin fut comme  capturé par la dilatation de ces pupilles, et il étira la tête en arrière, tandis qu'Ecthelion l'entourait de son bras, la main posée sur son torse scintillant.
A son tour, le regard d'Ecthelion fut capturé par le regard, devenu brillant, de l'humain, et les grands disques noirs qui s'y étaient ouverts, et le visage lumineux qui lui apportait un tel bien-être. Il baissa la tête involontairement, comme pour rejoindre ce visage, et entrer dans ces yeux. Il en était de même pour Belin, qui continuait à étirer la tête, tandis que plus rien d'autre n'existait autour d'eux... Leurs bouches se fermèrent et se joignirent en un baiser minuscule.
Ecthelion sursauta et s'éloigna d'un bond.
"Mais ça va pas la tête ?!", s'exclama-t-il.
"Quoi ?", demanda Belin, l'air sonné.
"Vous avez encore recommencé !"
"Mais messire, vous aussi... Et vous me faisiez des yeux !"
"Des yeux ? Quels yeux ?"
"Des yeux comme si qu'vous vouliez m'faire des choses..."
"Mais vous ne pensez vraiment qu'à ça !"
L'elfe rentra à l'intérieur de l'appartement.
"Ce n'était pas moi tout seul, messire !", s'exclama Belin en colère. "Ce n'est pas bien d'mentir ! Vous étiez tout fragrant !"
"ça ne veut rien dire votre mot !", répliqua Ecthelion avant de claquer la porte de sa chambre.
Tags: maudits silmarils, silmarillion, tolkien
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 8 comments